Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Projeteverest2013.overblog.com

C'est le départ

28 Mars 2013 , Rédigé par Olivier

Après un report d’une semaine pour me laisser plus de temps pour mettre la case en ordre, le 21 mars et le moment de tout laisser sont finalement arrivés. Si les commandes de matériel (chaussures – vidéo) étaient livrées depuis des semaines, c’est seulement à partir de 19 h que j’ai commencé le tri des choses à emporter. A 23 h, les bouteilles de mousseux (seul cadeau bien français que j’avais trouvé pour mes connaissances locales) sont écartées et à 1h30, les 3 sacs sont fermés. Avec 24 kg en soute j’espère ne pas avoir d’ennuis pour le dernier vol Bombay – Katmandu qui n’autorise que 20 kg. Le jour J, il pleut un peu ce qui provoque le canal bichique sur la route du littoral, quelques accidents et les longs ralentissements qui vont avec … ça ne fait q’un stress de plus ! A Gillot, les bagages sont enregistrés jusqu’au Népal et la dernière Dodo est excellente pour détendre les nerfs.

A Maurice, les 3 heures d’attentes passent rapidement. Il y a peu de monde sur le vol Maurice – Bombai. On atterri à 2 h du matin dans un bel aéroport, très moderne en comparaison de ce qu’était le hall de New Delhi il y a peu. Ca a été une mauvaise surprise d’apprendre qu’il fallait un visa de transit pour faire escale en Inde. 25 euros ce n’est pas grand-chose, mais monter à Saint Denis déposer le passeport et retourner le chercher une semaine plus tard, ça fait beaucoup de temps perdu. Le trafic et les boutiques fonctionnent en continu avec beaucoup de Malais en transit depuis les Emirats. Après quelques heures pénibles dans un mauvais fauteuil, le vol décolle à10 h.

A Katmandu c’est le début de la saison touristique et les files sont longues devant les guichets pour le visa (1 photo et 100 $). Au moins il faut reconnaitre que les agents travaillent vite et sans chercher de complications. Les 20 minutes de route pour arriver à l’hôtel suffisent pour se rappeler à quel point la ville est sale, les routes défoncées, les rivières immondes et l’air saturé de poussière et de fumées. A 15 h on arrive au Yack and Yeti, un très bon hôtel pour la récupération. C’est amusant de commencer la nouvelle expé là où s’est achevée la précédente (Shishapangma).

Yack & Yeti - tout pour plaire
Yack & Yeti - tout pour plaire
Yack & Yeti - tout pour plaire

Yack & Yeti - tout pour plaire

A Katmandu je retrouve vite mes repères et c’est un plaisir de revoir le responsable de l’agence, quelques boutiques et restos connus. La Népal Ice et l’ Everest Biere vont très bien avec le Dal bhat et les momos. Le quartier touristique de Thamel n’a pas changé depuis 2011, les mêmes boutiques, les mêmes babioles… mais maintenant le wi fi est partout.

Thamel - tout pour les touristesThamel - tout pour les touristes

Thamel - tout pour les touristes

Les immeubles poussent et les vieilles maisons s'écroulentLes immeubles poussent et les vieilles maisons s'écroulent

Les immeubles poussent et les vieilles maisons s'écroulent

Arrivé le vendredi 22, j’ai jusqu’au 25 pour compléter l’équipement. Depuis décembre et l’officialisation de mon inscription, Dawa avait fait le point sur ce que je lui avais laissé en octobre 2011. Les chaussures déjà achetées, il me manque encore une combinaison. A 700 euros pièce, je suis content de trouver une seconde main à moitié prix ! Encore quelques confiseries pour le moral et une poignée de médicaments supplémentaire et mes courses sont finies. Même avec un change intéressant ( 1 euro vaut 110 roupies contre 85 seulement pour 1 $), les quelques jours m’auront coûté cher. J’en veux à mon bel appareil photo neuf qui m’a lâché à la descente de l’avion. J’espère que son remplaçant tiendra le coup…

Fournisseurs officiels de ThamelFournisseurs officiels de Thamel

Fournisseurs officiels de Thamel

Plutôt que de retourner une nouvelle fois voir les incontournables sites touristiques, je suis allé voir la police pour porter plainte contre l’agence qui avait pris mon équipement après le Cho Oyu avant de le perdre dans la nature. Je pensais qu’une affaire vieille de 7 ans avec pour seule pièce un vulgaire reçu, allait directement au panier. La « tourist police » a pris les choses au sérieux. Ils ont contacté le gars qui avait fermé boutique depuis longtemps, 2 heures plus tard il était au commissariat et une heure après il me rendait 400 $ ! Il a fallu que je vienne ici pour voir la police travailler avec une telle efficacité, et une certaine « autonomie » vis-à-vis de tous les règlements (c’est l’officier qui a fixé le montant). Ca m’a quand même pris un temps précieux et je boucle les sacs à 22 h 30 pour un départ de l’hôtel à 5 h du matin.

Let's go !
Let's go !

Let's go !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :