Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Projeteverest2013.overblog.com

C'est quand qu'on monte ces camps qui démontent ?

4 Mai 2013 , Rédigé par Olivier

Le 25 on part tranquillement pour C2 qu’on atteint en 3 h. La combe est large et assez plane mais le chemin serpente entre les grosses crevasses. La combe ouest est limitée par l’Everest, le Lhotse qui occupe le fond et le Nupse. Le camp 2 (6400 m) se trouve au milieu de cette zone. Le camp 2 est bien équipé (cuisine / tente mess / toilettes …) car il y a une présence permanente : on y reste plusieurs jours pour l’acclimatation, tout l’équipement pour le sommet y est stocké (tentes / O2) sous la surveillance d'au moins un sherpa.

La "Combe Ouest" - vue sud (Pumori) et nord LhotseLa "Combe Ouest" - vue sud (Pumori) et nord Lhotse

La "Combe Ouest" - vue sud (Pumori) et nord Lhotse

Des petites et grosses crevasses jalonnent le fond presque plat de la combe
Des petites et grosses crevasses jalonnent le fond presque plat de la combe
Des petites et grosses crevasses jalonnent le fond presque plat de la combe

Des petites et grosses crevasses jalonnent le fond presque plat de la combe

Grâce à la longue « préparation » que nous avons eue au camp de base, on a pu sauter les premières étapes d’une acclimatation ordinaire :

  1. « touch camp 1 » qui consiste à partir à 3 h du matin pour monter au camp 1 (+ 800 m) et redescendre immédiatement. C’est long, usant et surtout dangereux de se promener entre les blocs instables qui fondent au soleil.
  2. Monter dormir au camp 1 et redescendre le lendemain.

En arrivant au camp 2, les états diffèrent, ça va du « presque normal » au « gros mal de tête sans appétit ». Après une journée de repos, le groupe éclate :

-2 Sud Af qui visaient le camp 3 doivent rentrer pressés par le temps,

- le soixantenaire américain renonce à aller plus loin (ce qu’il a fait est déjà impressionnant !)

- l’américaine et le leader pas très en forme redescendent après 3 jours.

Je reste donc seul avec Reno (Sud Af de 42 ans). On va d’abord digérer l’effet de l’altitude (appétit / froid / sommeil perturbé) puis on va monter doucement vers le fond de la combe vers le Lhotse face.

Le camp 2 : installations confortables à 6400 m Le camp 2 : installations confortables à 6400 m

Le camp 2 : installations confortables à 6400 m

Le 30 avril on monte au camp 3 (7000 m). On emporte juste le sac de couchage et le strict minimum. La partie plane on l’avale avec une grande facilité, et au bout d’une heure on arrive à "jumar point". La pente devient très raide et on s’attache à la corde par 2 liens permanents. Dans la neige, les marches sont déjà faites mais il y a surtout de la glace dure que les crampons éraflent à peine. On monte très lentement et après 2 h 30 on retrouve nos sherpas qui ont planté 2 tentes après un gros terrassement. On rentre dans la tente à 13 h et on ne ressortira qu’à 9 h le lendemain !

Le camp 3 à mauvaise réputation : l’ascension est risquée à cause des chutes de pierres qui dévalent 1000m (plusieurs morts) et des avalanches qui peuvent balayer les tentes (certains s’attachent à un piquet pour dormir !).

Si j’ai échappé au froid et au mal de tête, j’ai très mal dormi et j’étais content de redescendre. A 9 h, le soleil brille mais les doigts gèlent encore… On ne s’attarde pas et avec le « descendeur 8 », on met 30 min pour dévaler ce qui avait pris 3 h à monter. Moi j’ai vu des cailloux passer et Reno des bouteilles d’oxygène !

Le Lhotse face, seconde difficulté du parcours
Le Lhotse face, seconde difficulté du parcours
Le Lhotse face, seconde difficulté du parcours

Le Lhotse face, seconde difficulté du parcours

Le camp 3, les voisins et le Col Sud 1000 m plus haut (camp 4)
Le camp 3, les voisins et le Col Sud 1000 m plus haut (camp 4)
Le camp 3, les voisins et le Col Sud 1000 m plus haut (camp 4)
Le camp 3, les voisins et le Col Sud 1000 m plus haut (camp 4)

Le camp 3, les voisins et le Col Sud 1000 m plus haut (camp 4)

Au delà du camp 3, on sera sous oxygène. Le camp 4 qui sera installé par les sherpas au Col Sud (7900 m) ne sert que d'abri provisoire. Normalement, on quitte C3 le matin, on arrive à C4 en début d'après midi, on se repose comme on peut (toujours sous O2) puis on démarre entre 20 et 23 h pour arriver au sommet au petit jour. Ensuite il convient de redescendre le plus bas possible (C3 ou C2) avant de s'écrouler de fatigue ...

Le 2 mai, on descend de C2 au camp de base. Après 8 nuits en hauteur, ça fait du bien de retrouver le cuisinier et des bières méritées … Repos de courte durée car le 3, alors que le leader et l’américaine remontent vers C2 et C3, Reno et moi descendons au « Rivendell », 25 km plus loin et 1500 m plus bas. On va rester 4 jours au vert pour recharger les batteries avant de remonter au camp de base vers le 8 et être prêts pour la première fenêtre météo …

Partager cet article

Repost 0